porteNINOVEpoort www.bruxel.org


Tour et Taxis: les associations, organisations et comités de quartier
créent un comité d'accompagnement

Après de nombreux scénarios de réaffectation et de destruction, le site de Tour et Taxis fait enfin l'objet d'un plan d'aménagement. Réalisé par les pouvoirs publics, ce plan fait aujourd'hui l'objet d'une étude d'incidence.

Les comités de quartier, associations et organisations soulignent l'importance potentielle du site dans le développement de la ville. Elles demandent un développement global et intégré. Le processus actuel de décision, son manque de participation et sa mauvaise qualité urbanistique risquent d'affecter lourdement et pour longtemps ces terrains ouverts à la restructuration et à l'urbanisation.

De nombreux comités de quartier, associations et organisations posent les principes suivants pour le développement du site de Tour et Taxis:

1.    Le projet d'aménagement doit partir de ce qui existe et valoriser les atouts du site, tant en termes de bâti que du paysage. En particulier, le patrimoine construit subsistant est son atout majeur. L'aménagement doit s'inspirer du faisceau des voies de chemin de fer qui structurent le site et des perspectives à conserver, notamment du pont du Laekenveld et des bâtiments historiques. Il importe de rétablir des liaisons, tant sociales que physiques, avec le centre et les quartiers environnants.

2.    Le périmètre de l'étude d'incidences doit recouvrir l'ensemble de la zone levier, telle qu'elle est définie au PRD. Ceci de manière à intégrer les indications et dispositions prévues dans les PPAS « Héliport » et « Gaucheret ». Ainsi, la pression des bureaux de cette zone doit être prise en considération. L'étude d'incidences doit aussi prendre en compte les effets du développement de T&T sur les quartiers environnants et inversement, voir comment certaines fonctions qui manquent dans ces quartiers pourraient trouver leur place sur T&T.

3.    La mixité doit s'étendre sur l'ensemble du site Tour et Taxis. Il est entendu que la mixité doit être sociale autant que fonctionnelle (y compris une mixité verticale). Enfin, une mixité d'accès est aussi souhaitée. La dimension emplois et la localisation d'entreprises pourvoyeuses d'emplois est une donnée de cette mixité ainsi qu'une proportion d'un tiers de logements.

4.    L'étude d'incidence doit démontrer les retombées économiques sur les quartiers, tant du Port que des autres fonctions proposées. Les pouvoirs publics doivent également créer un cadre qui impose aux autres acteurs économiques sur le site, une intégration au tissu économique du quartier et, en particulier, des échanges et des retombées en terme d'emplois et s'engagent à communiquer les informations des uns et des autres.

5.    Il faut mettre en place une trame urbaine, de manière à assurer la continuité avec le tissu urbain adjacent tant du côté de la rue Picard que du côté de la rue Claessens.

6.    Le logement, dont la proportion doit être supérieure à celle qui est proposée dans le dossier de base, ne doit pas être uniquement conventionné mais aussi social et à prix libre. Le logement doit pouvoir s'établir à travers tout le site.

7.    Pour éviter un chantier béant et non géré, producteur d'insécurité, l'aménagement du site doit pouvoir se réaliser en plusieurs phases. Cet aménagement progressif devrait être encadré par un comité d'accompagnement permanent, comme il en est question pour le quartier européen, et comme cela se fait dans d'autres villes européennes.

8.    La mobilité dans et autour du site de Tour et Taxis doit être revue pour le désenclaver. Les lieux se prêtent ainsi particulièrement bien à une liaison ferrée (train ou tram) avec le reste de la ville. Une liaison en transport en commun avec Pannenhuys ou Belgica doit être prévue et l'ouverture de la station de métro Sainctelette doit être envisagée. La STIB doit s'impliquer effectivement dans le projet Tour et Taxis. En outre, le nombre de places de parking doit être maîtrisé et la desserte en transports en commun, anticipée. C'est l'occasion de réfléchir à un site sans voiture.

9.    Le projet de passerelle proposé au-dessus du canal, dans le prolongement de la rue Picard, doit être abandonné. Les participants estiment que le pont des Armateurs remplis déjà largement son rôle, d'une part, et que cela risque de gêner les activités des entreprises du Port de Bruxelles d'autre part ;

10.    Les principes du développement durable doivent être appliqués tant pour les constructions neuves (récupération des eaux de pluies distincte des eaux usées, panneaux solaires, etc.) que pour les bâtiments rénovés (matériaux durables). À ce titre, la création d'une centrale collective pour le chauffage des constructions doit être envisagée tout comme une centrale de cogénération. Le développement durable impose d'intégrer le quartier Maritime, le quartier Marie-Christine et le quartier Nord à la réflexion. Il s'agit de prendre en compte l'équité sociale tant au niveau du logement que de l'accès à l'espace public et aux équipements. Il faut ouvrir le site tant d'un point de vue fonctionnel que physique.

11.    La verdurisation de Tour et Taxis doit tenir compte de trois aspects : elle doit être pensée en fonction de son intégration au site existant, de son accessibilité (ouverture à tout public) et de son intégration dans la continuité verte, prévue au PRD. La verdurisation doit être réfléchie sur l'ensemble du site. Le traitement des espaces publics doit dégager un recul par rapport au patrimoine existant ;

12.    Le plan des affectations doit indiquer le réseau des voiries à l'intérieur de la zone d'activité dévolue au Port de Bruxelles afin qu'elle puisse s'intégrer au reste du site. Les participants estiment que la présence du Port est historique et nécessaire pour compenser un développement qui serait trop orienté vers les bureaux et les activités de loisirs. Ils demandent également une plus grande visibilité quant aux projets d'activités du Port et des autres entreprises (question de l'implantation de Ziegler remise en cause par le plan des affectations du dossier de base). Le Port doit traiter la lisière, côté rue Dieudonné Lefèvre, sous le viaduc et présenter des qualités d'intégration architecturales et environnementales ;

13.    Il faut préciser le type d'équipements : d'intérêt local (proximité, commerces, crèches…), régional et extra-régional et dresser une liste indicative ;

Les partenaires demandent la révision de l'arrêté du gouvernement daté du 9 janvier 2003 dans le sens des points précités. Vu l'importance du site et le temps que prendra son urbanisation et le nombre d'acteurs impliqués, les associations, organisations et comités de quartier estiment devoir être partie prenante au comité d'accompagnement permanent pour le développement du site et de la zone levier. Ce comité doit être un véritable organe de coordination et de concertation et disposer d'une reconnaissance institutionnelle.

Les associations, organisations et comités de quartier annoncent aujourd'hui officiellement la création du comité d'accompagnement.

L'ARAU, Rassemblement pour le Droit à l'Habitat, BRAL vzw,
Le Comité de Quartier Marie-Christine/Reine/Stéphanie,
Le Comité de quartier Le Maritime, Les Comités de Quartier Harmonie - Quartier Nord,
La Fonderie, Inter-Environnement Bruxelles, NOMO, Riso-Brussel - Opbouwwerk Noordwijk

contact FR : Inter-Environnement Bruxelles - Anne-France Rihoux - 02/223 01 01
contact NL : BRAL vzw - Mirjam Amar - 02/217 56 33